pourra-t-on-un-jour-corriger-la-myopie-avec-
de-simples-gouttes 

Pourra-t-on, un jour, corriger la myopie avec 
de «simples» gouttes ?

Les nouvelles technologies et les découvertes scientifiques ne se limitent pas à l’informatique, bien au contraire. Des chercheurs israéliens ont annoncé, en mars 2019, avoir trouvé une technique de traitement révolutionnaire de la myopie et de l’hypermétropie. Il s’agit d’une première opération au laser puis d’un suivi avec des gouttes oculaires composées de nanoparticules. Pour le moment, l’expérimentation est encore au stade animal. Un test devrait être appliqué sur une population humaine, à partir de 2021.

La nanotechnologie au service de la médecine des yeux

La myopie est une maladie de la vue qui devrait toucher une personne sur deux en 2020. Et les femmes sont deux fois plus touchées que les hommes.

Actuellement, pour soigner la myopie, il existe plusieurs solutions :
– des lunettes adaptées
– la chirurgie classique de la cornée
– la méthode naturelle (hygiène de vie) dont les résultats sont aléatoires et souvent contre-versés par le corps médical
– le yoga des yeux, une technique alternative qui commence à se démocratiser…

À cette liste non exhaustive, les chercheurs et scientifiques souhaiteraient, dans les années à venir, ajouter les nanotechnologies.

Des recherches prometteuses pour soigner la myopie

Les nanotechnologies ont été testées sur des porcs et des cochons souffrant de myopie. Elles ont donné d’excellents résultats, permettant aux chercheurs israéliens d’annoncer que leurs nanoparticules sont capables de soigner certains troubles de la vie, incluant la myopie. Malheureusement, à ce stade, toutes les maladies ne peuvent pas être soignées par cette technologie. Ne sont pas concernés la DMLA, la cataracte, ou encore le glaucome.

Les chercheurs israéliens ont créé une start-up et effectué une levée de fonds pour le financement des recherches. Ils ont d’ailleurs déjà breveté le laser et les nanogouttes oculaires en 2018. Pour cette raison, nous ne disposons pas d’éléments sur la nature chimique du collyre et des nanoparticules, ni même de la durée de leur efficacité, ou encore la quantité à utiliser.

Les limites actuelles de cette nouvelle technologie

Selon les premières déclarations du docteur David Smadja, ces nanogouttes pour les yeux sont « un nouveau concept pour corriger les problèmes de réfraction oculaire ». Selon lui, les gouttes pourraient même être « utilisées pour remplacer les lentilles multifocales et permettre aux gens de voir des objets à différentes distances. »

Lors d’une opération classique de la myopie, le patient est hospitalisé pour une courte durée. Il doit ensuite se protéger les yeux pendant quelques jours au moins. Avec l’utilisation des nanogouttes, cette contrainte n’existerait pas car le tissu de l’oeil n’est pas touché directement.

Aujourd’hui, à ce stade des recherches, on sait que le traitement est temporaire. Les nanogouttes n’agissent que sur une durée limitée. De plus, leur action est encore imprécise et il n’est pas possible de procéder à une opération au laser toutes les semaines. Enfin, tous les types de myopies ne peuvent pas être soignés par les nanogouttes.

De l’espoir en nanogouttes…

Les recherches ne sont encore qu’à leurs balbutiements, mais cela reste très prometteur. De nombreuses personnes pourront alors bénéficier d’une meilleure qualité visuelle au quotidien.

« C’est sûr que plus la myopie est importante, plus la formule de correction est complexe, et plus c’est compliqué de réparer. On ne peut pas dire au grand public que ça va assurément permettre de soigner la myopie, mais c’est un espoir », estime le Dr Saragoussi.

Restez connectés !

Retrouvez l’actualité dédiée aux malvoyants sur notre page Facebook !

Aller sur la page Facebook